Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par The Golfer Man

FCG Bistre EuropeFondBlanc


Quelques définitions qui seront reprises dans l’énoncé des règles de golf.

 

Adresser la balle :

 

Un joueur a « adressé la balle » lorsqu’il a pris son stance et a également posé son club sur le sol, sauf que, dans un obstacle, un joueur a adressé la balle lorsqu’il a pris son stance.

Remarque personnelle.

En ne posant pas son club sur un green, par jour de grand vent, on évite de recevoir une pénalité, si la balle se déplace sous l’effet du vent.

 

Balle déplacée :

 

Une balle est considérée comme s’étant « déplacée » si elle quitte sa position et s’immobilise à tout autre endroit.

Remarque personnelle.

Si elle oscille de part et d’autre du point sur lequel elle repose sur le sol, elle ne s’est pas déplacée.

 

Balle en jeu :

 

Une balle est « en jeu » dès que le joueur a effectué un coup sur l’aire de départ.

Elle reste en jeu jusqu’à ce qu’elle ait été entrée, sauf si elle est :

- Perdue,

- Hors-limite,

- Ou relevée,

- Ou qu’une autre balle lui a été substituée, que la substitution soit autorisée ou non. Une balle ainsi substituée devient la balle en jeu.

 

Balle perdue :

 

Une balle est « perdue » :

a) si elle n’a pas été retrouvée ou identifiée par le joueur comme étant la sienne, moins de cinq minutes après que le camp du joueur, ou son caddy, aient commencé à la chercher ; ou

b) si le joueur a mis une autre balle en jeu selon les règles, même s’il n’a pas cherché la balle d’origine ; ou

c)  si le joueur a joué un coup avec une balle provisoire de l’endroit où se trouve vraisemblablement la balle d’origine, ou d’un point plus proche du trou que cet endroit, auxquels cas, la balle provisoire devient la balle en jeu.

Le temps passé à jouer une balle « jouée par erreur » n’est pas compté dans la période de cinq minutes accordée pour la recherche.

Remarque personnelle.

Le fait de chercher votre balle, puis de retourner jouer un balle et que vos partenaires ou vous-mêmes retrouviez ensuite votre balle, c’est trop tard : la balle que vous venez de jouer est en jeu et est la seule qui compte. Dès l’instant où vous êtes partis vers l’endroit où vous pensiez retrouver votre balle, il ne pourra plus être question de balle provisoire par la suite.

 

Balle provisoire :

 

Une « balle provisoire » est une balle jouée selon la règle 27-2 pour une balle qui risque d’être perdue à l’extérieur d’un obstacle d’eau ou qui risque d’être hors-limite.

 

Coup :

 

Un « coup » est le mouvement vers l’avant du club fait avec l’intention de frapper volontairement la balle pour la déplacer, mais si un joueur contrôle volontairement son mouvement de descente avant que la tête du club n’atteigne la balle, il est considéré n’ayant pas exécuté un coup.Remarque personnelle :

Vous avez certainement déjà vu T. Woods interrompre volontairement le mouvement de son club lors de son retour et même changer complètement la direction de son mouvement afin de ne pas risquer de toucher la balle.

 

Détritus :

 

Les « détritus » sont des objets naturels tels que pierres, feuilles, brindilles, branches ou similaire, des excréments, des vers et des insectes ainsi que des rejets ou tas faits par eux, à condition que ces objets ne soient pas fixés, ne poussent pas, ne soient pas solidement enfoncés dans le sol et n’adhèrent pas à la balle.

 

Sur le green, le sable et la terre meuble sont considérés comme des détritus, mais en aucun autre endroit.

La neige et la glace naturelle, autre que la gelée blanche, sont au choix du joueur eau fortuite ou détritus.

La glace manufacturée est une obstruction.

La rosée et la gelée blanche ne sont pas des détritus.

 

Eau fortuite :

 

« L’eau fortuite » est toute accumulation temporaire d’eau sur le terrain, visible avant ou après que le joueur ait pris son stance, et qui n’est pas dans un obstacle d’eau.

La neige et la glace naturelle, autre que la gelée blanche, sont au choix du joueur ou eau fortuite ou détritus.

La glace manufacturée est une obstruction.

La rosée et la gelée blanche ne sont pas de l’eau fortuite. Une balle est dans l’eau fortuite lorsqu’elle y repose ou qu’une partie quelconque de la balle touche l’eau fortuite.

Remarque personnelle :

Il faut que l’eau soit visible, or très souvent le joueur se dandine d’un pied sur l’autre pour montrer que le sol est humide et mou, mais aucune eau n’est visible !

 

Elément étranger :

 

Un « élément étranger » est tout élément ne faisant pas partie du match ou, en stroke play, ne faisant pas partie du camp du compétiteur. Un arbitre, un marqueur, un commissaire ou un cadet éclaireur sont des éléments étrangers.

Ni le vent, ni l’eau, ne sont des éléments étrangers.

 

Erreur de balle :

 

Un joueur commet une « erreur de balle » s’il ne joue toute autre balle que :

- sa balle en jeu,

- sa balle provisoire, ou

- en stroke play, sa seconde balle jouée selon les règles 3-3 ou 20- 7b.

Note : Balle en jeu inclut une balle substituée à la balle en jeu, qu’une telle substitution soit autorisée ou non.

 

Hors Limites :

 

« Hors limites » est un territoire sur lequel le jeu est interdit.

Lorsqu’un hors limites est délimité par référence à des piquets, ou à une clôture, la ligne de hors limites est déterminée par les points les plus proches à l’intérieur du terrain, à l’exclusion des renforts inclinés.

Quand le hors limites est délimité par une ligne tracée sur le sol, cette ligne est elle-même hors-limites.

Une balle est hors limites lorsqu’elle repose toute entière hors limites.

Un joueur peut se tenir hors limites pour jouer une balle reposant à l’intérieur des limites.

 

Ligne de jeu :

 

La « ligne de jeu » est la direction que le joueur souhaite voir prendre à sa balle après un coup, plus une distance raisonnable de chaque côté de la direction intentionnelle.

Cette ligne se prolonge verticalement vers le haut depuis le sol, mais pas après le trou.

 

Ligne de put :

 

La « ligne de putt » est la ligne que le joueur souhaite voir prendre à sa balle après avoir joué un coup sur le green.

Sauf pour l’application de la règle (16-1e)  la ligne de putt inclut une distance raisonnable de chaque côté de la ligne intentionnelle. La ligne de putt ne se prolonge pas au-delà du trou.

Obstacle :

 

Un « obstacle est tout bunker ou obstacle d’eau.

 

Obstacle d’eau :

 

Un « obstacle d’eau » est toute mer, lac, étang, rivière, fossé, fossé de drainage ou autre cours d’eau à ciel ouvert (contenant ou pas de l’eau), et tout ce qui est de même nature.

Tout sol ou eau situés à l’intérieur des lisières d’un obstacle d’eau font partie de cet obstacle d’eau.

La lisière d’un obstacle d’eau se prolonge verticalement vers le bas et vers le haut.

Les piquets et les lignes délimitant les lisières d’un obstacle d’eau sont dans l’obstacle. De tels piquets sont des obstructions.

Une balle est dans un obstacle d’eau lorsqu’elle y repose ou qu’une partie quelconque de la balle touche l’obstacle d’eau.

 

Obstructions :

 

On appelle «obstruction » tout ce qui est artificiel, y compris les surfaces artificielles et les bordures des routes et des chemins, ainsi que de la glace manufacturée, à l’exception de :

 

a) Tout ce qui détermine les hors limites, tels que les murs, clôture, piquets et palissades ;

b) Toute partie qui est hors limites d’un objet artificiel inamovible ; et

c) Toute construction déclarée par le comité comme étant partie intégrante du terrain.

Remarque personnelle :

Voir les règles locales à Bonalba en ce qui concerne les tubes qui longent la partie gauche du trou n° 9. Ils sont déclarés partie intégrante du terrain, si un effort important est demandé pour les déplacer ou si en les déplaçant on risque de provoquer des dégâts.

 

Parcours :

Le « parcours » est la totalité du terrain, à l’exception de :


a) L’aire de départ et du green du trou en train d’être joué

b) De tous les obstacles sur le terrain.

Remarque personnelle.

Attention en appliquant une règle, ne confondez pas terrain et parcours (bien que cela soit toujours précisé dans les règles).


A suivre