Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par The Golfer Man

 De temps en temps il est bon de remonter certains articles...comme celui-là !

Encore des plaintes de JEU LENT 

« La haute saison dans les clubs golfiques», cela signifie davantage de monde sur les fairways et un risque accru de jeu lent.

Tout a été dit et écrit sur cette plaie ouverte du golf, et pourtant, chacun s’évertue à répéter que ce sont les autres…qui jouent lentement !

jlent

A entendre ce qui se dit dans les agoras golfiques, le jeu lent serait la pire des situations que peuvent vivre les partenaires d’un joueur lent. Certains n’hésitant pas à dire que c’est une forme d’égoïsme, tant le comportement social de l’individu se trouve étroitement imbriqué avec celui du joueur de golf.

Avec l’essor du golf, l’image d’Epinal qualifiant le joueur de golf de Gentleman Golfeur a disparu et l’observation de l’Etiquette s’est progressivement vidée de son contenu ; de moins en moins nombreuses sont les personnes qui gèrent le temps de jeu de leur partie en fonction des évènements.

 

Le Royal & Ancien tente habilement d’introduire cette notion dans les règles (voir la règle 6-7) mais il n’est pas donné à toutes les parties de club de pouvoir appliquer les directives prévues pour la mesure du temps comme cela se pratique au sein des compétitions officielles.

Il n’en reste pas moins évident que certains critères demeurent valables que l’on soit compétiteur régional ou compétiteur de club ou d’association.

 

L’esprit du jeu demeure le même et chaque joueur a droit au même temps de jeu pour se rendre jusqu’à sa balle, exécuter sa routine et réaliser son coup de golf.

 

Qu’est ce que la notion de "Hors position".

Sans entrer dans le détail, il faut garder à l’esprit qu’il y a un temps imparti pour jouer chaque trou auquel on additionne le temps de marche entre chaque trou.

Un groupe de joueur est considéré hors position si, à n'importe quel moment durant la partie, son temps cumulé dépasse le temps imparti pour le nombre de trous joués et s'il a perdu l'intervalle de départ avec le groupe précédent.

Contrairement à une idée très répandue : Prendre la partie qui suit comme référence n’est absolument pas valable car les joueurs peuvent être encore plus lents !

En fonction des aléas de jeu (balle perdue ou autre) le reflexe doit être de recoller le plus vite possible à l’équipe qui vous précède afin de garder la distance.

La réflexion du Marshall « vous avez perdu un trou » est sans équivoque à ce sujet !

 

Qu’est-ce que la notion de « Faute de temps »

A titre indicatif voici le temps maximum alloué à un joueur selon le type de coup à jouer :

 

- 50 secondes en approche ou chip ou s'il putte en premier ou si au départ d'un par 3, il joue en premier. 

- 40 secondes pour tous les autres coups, y compris s'il joue en premier au départ d'un trou autre qu'un par 3.

Bien sûr, ce sont des temps indicatifs mais qui révèlent néanmoins qu’un parcours de golf n’est pas un lieu de jeu où chacun prend son temps pour jouer en fonction de sa psychologie.

Qu’est-ce que la notion « comportement ».

Si le jeu lent est autant décrié c’est qu’il est très difficile, dans nos parties qui ne peuvent être soumises au chronométrage d’un arbitre, de le séparer de la notion de comportement personnel.

Alors que pour le tennis, nous réservons le terrain de manière exclusive et en disposons comme bon nous semble, pour le golf, les parties progressent les unes après les autres sur les fairways et dans le temps. Ceci fait intervenir la notion de partage.

Si la notion de progression sur le parcours est facilement compréhensible, celle du partage du temps l’est un peu moins. Il s’agit à la fois du temps d’attente que nous imposons aux autres parties qui suivent mais également du temps d’attente de nos partenaires.

 

Et quand l’on sait qu’une partie a un temps déterminé pour jouer le parcours, il n’y a plus de partage de temps entre les partenaires dès lors qu’un joueur s’approprie ce précieux temps pour ‘jouer son jeu’.

 

Depuis que ce sport, sorti de son aspect naturel, a pu être filmé, détaillé image par image, puis écrit dans le moindre détail, le golfeur ne joue plus sur un parcours, il pense à tous les paramètres de son swing.

Il a appris que la routine était un excellent moyen de ne plus avoir de pensées négatives, alors il va les remplacer par un ensemble de gestes prédéterminés d’une incroyable longueur de temps réduisant à néant le dit partage avec ses partenaires.

Si l’on peut comprendre qu’un joueur « hésitant » ait besoin de temps : pour le choix de son club, réciter mentalement les clés principales de son swing, prendre son stance et se décider à jouer, cela ne peut en aucun cas empiéter sur le temps alloué aux autres joueurs !

 

Dès l’instant où le temps théoriquement alloué au groupe de joueurs est consommé en grande partie par le joueur lent, les autres joueurs ne sont plus en condition de jouer. D’où la notion d’individualisme révélée par les forums de golf.

Le comble de cette situation apparait au fil du jeu : alors que les autres joueurs, à force de subir le jeu lent d’un de leurs partenaires, finissent par sortir de la partie, le seul joueur ayant réussi à bien scorer…et pour cause, se trouve être le joueur lent.


Un véritable golfeur, un gentleman golfeur est celui qui affiche un comportement de respect  et de partage avec ses partenaires. Il se préoccupe de son jeu certes mais aussi de savoir s’il ne gêne pas ses partenaires.

 

Il aura nécessairement des compromis à faire sur sa manière de jouer afin de laisser aux autres leur temps de jeu. Ces compromis, il les accepte car il a conscience de ne pas imposer une attente indue à son entourage.  

 

Quelles solutions au jeu lent ?

Elles passent par tout un ensemble de mesures simples comme :

- Respecter vos partenaires en leur accordant le temps et l’attention qui leur sont dus.

- Sans pour autant gêner le partenaire en cours de jeu, gagnez du temps en vous rapprochant de votre balle tout en observant ce que fait le partenaire qui s’apprête à jouer.

- Profiter du temps de jeu imparti à un partenaire pour se préparer soi-même sur certains points tels que la distance du coup à jouer, le club à prendre, la position du drapeau et des bunkers.

- La routine doit être réduite à l’essentiel et à moins d’être un joueur en dessous de 5 de handicap, une simple estimation de la position de votre balle par rapport aux marques principales du parcours est largement suffisante.

- Si le buggy doit être laissé sur le chemin, évitez les allers et retours en prenant plusieurs clubs pour vous rendre à votre balle.

- Quand vous avez joué votre coup, ne partez pas sans regarder ce que va faire le prochain golfeur à jouer. Accordez lui son temps de jeu, sinon il devra attendre que vous ayez fini de vous déplacer pour jouer à son tour (c’est encore du temps perdu).

- Si vous perdez une balle en hors limite, jouez une balle provisoire et si il est certain qu’elle est en H.L. ne perdez pas de temps à aller dans le cette zone pour la retrouver. De même dans un obstacle d’eau.

- En posant votre chariot vers le départ du trou suivant, faites déjà une première lecture du green.

- Sur le green, étudiez votre ligne de put sans pour autant perturber le partenaire qui s’apprête à jouer. Si vous avez fini de jouer, prenez le drapeau afin de le replacer une fois le dernier putt entré.

- Inscrivez les résultats sur la carte de score pendant qu’un autre joueur prend le départ.

 

Et s’il n’y a pas de solution ?

A défaut de trouver une juste réponse au problème du jeu lent, il a y a des évidences au sein de chaque club ou association : de même que les tricheurs sont connus, les joueurs lents sont également connus au point qu’il arrive que des golfeurs s’inscrivent à une compétition puis constatant sur le tableau qu’ils sont dans la partie d’un joueur lent préfère annuler leur participation (affirmation exacte et vérifiée).

Ceci est extrêmement regrettable au sein d’associations privées de golf car si nous nous sommes regroupés c’est justement pour jouer au golf avec des partenaires différents.

 

Il ne devrait pas y avoir ce genre d’exclusion si tout le monde intégrait l’esprit du jeu et le respect de ses partenaires.

 

Le golf est un sport dit de gentleman il n’y a pas de raison que des joueurs accaparent impunément et de manière chronique le temps de jeu imparti à ses partenaires.

C’est bien dommage d’en arriver à ce stade pour espérer faire une partie de quatre heures dans de bonnes conditions de jeu, mais si c’est la seule possibilité, peut-on espérer, à force de ne plus trouver de golfeur avec qui jouer, que le joueur lent révisera sa manière de se comporter ?

 

Et pour notre association ?

Notre association est jeune et dynamique aussi ne laissons pas s’instaurer ce type de problème.

Dans la page web qui donne les équipes pour la sortie mensuelle, il est chaque fois précisé que le joueur de handicap le plus bas doit prendre en charge le déroulement du jeu (respect des règles de golf et veiller au jeu lent).

Si un autre joueur se trouve plus à même de « manager » le groupe, cela doit être bien évidemment fait.

Ce point est capital mais ne doit pas transformer un joueur en gendarme et perturber son jeu.

Dans notre région où tout semble être fait pour que cela soit le paradis des golfeurs séniors, il nous appartient de ne pas en faire un enfer.

Accepter les aléas du golf, respecter nos partenaires et jouer selon notre handicap c’est reconnaître que le golf est un jeu peut-être pas fait pour les humains mais qu’il est trop tard pour y renoncer.

 

Respectons  nos partenaires et nous jouerons beaucoup mieux.

La joie d’être ensemble et les chances de faire une bonne partie et de bien scorer se partagent aussi.

 

Avez-vous constaté que lorsqu’un joueur joue bien, il entraine le jeu des autres ?

Avez-vous aussi remarqué que lorsqu’un golfeur joue mal jusqu’à perturber les autres par son attitude (non par son jeu), ses partenaires finissent par mal jouer ?

 

Ce que prévoient les règles locales de Bonalba :

En cas de jeu lent, le comité estimant le temps maximum prévu pour la compétition dépassé et que le groupe est hors position, la règle 6-7 est applicable. Il est prévu des pénalités de 1 coup à la première infraction, de 2 coups à la seconde infraction et ensuite la disqualification.